N&C

Pour Bercy, les Femmes ont autant de poils que les Hommes

“Inégalités hommes-femmes : Bercy lance une enquête de relevés des prix

CONSOMMATION : Le cabinet du ministre de l’Economie a annoncé avoir lancé hier une enquête pour faire « une évaluation de relevés de prix » sur des produits visés par un collectif, établissant que pour un même produit ou service, comme des rasoirs ou le pressing, les femmes payent plus cher que les hommes. « On s’est rendu compte que sur des produits de la consommation quotidienne, les femmes étaient systématiquement taxées », dénonce Gaëlle Couraud, du collectif féministe Georgette Sand. Les résultats de cette enquête pourraient être connus « dans les semaines à venir », selon Bercy.”

Les Echos

 

Coiffeur, pressing, rasoirs… Les femmes seraient donc systématiquement taxées. En langage Pricing, il donc faut comprendre qu’à produit équivalent, les femmes payeraient plus cher que les hommes. À produit équivalent

C’est peut-être un vrai sujet mais défendu par Bercy avec de mauvais exemples.

Quand je vais chez le coiffeur, 3 coups de ciseaux suffisent à éclaircir mon cuir chevelu déjà peu fourni. Cela prend 5 minutes chrono. Avec parfois 30 minutes d’attente parce que mes deux voisines, l’une aux cheveux longs et magnifiquement bouclées, l’autre avec des mèches et un dégradé fort bien maîtrisé, sont arrivées un quart d’heure avant moi et se font coiffer pendant 45 minutes. La nature fait que les hommes et les femmes, à mon grand désespoir, ne sont pas égaux devant le cheveu. Et devant sa chute précoce. Devrais-je payer autant que mes voisines ?

On se retrouve au pressing… Il coûterait plus cher pour les femmes… De quoi parle-t-on ? Qu’un chemisier délicat soit plus complexe à nettoyer ou à repasser qu’une chemise en coton, chacun pourra le comprendre. Mais est-on sur le même produit ? Mon pressing, par exemple, indique des tarifs par produit avec un prix unique par produit : 5,50€ pour un pantalon (homme ou femme peu importe), et des tarifs différents pour les chemises (3,50€), les chemisiers (4€), les chemisiers en soie (6€), les jupes plissées (6,50€), etc. (Pour info messieurs, on trouve aussi la cravate à 4€). Où est la discrimination ?

Le coup des rasoirs bleus et roses… De deux choses l’une : soit les rasoirs roses sont exactement les mêmes que les bleus et je ne vois pas pourquoi les femmes s’acharneraient à acheter des rasoirs roses, soit ils sont différents et il n’y a plus débat.
Et quand bien même, si pour des questions de pilosité déjà évoquées, les hommes se rasent plus que les femmes (quelqu’un conteste ?), et qu’il y a donc significativement plus de rasoirs hommes que femmes, et par voie de conséquence plus de rasoirs bleus que roses, le coût unitaire de production est moins élevé pour les rasoirs bleus, produits en plus grande quantité. Le coût unitaire de production étant plus faible, le prix est plus bas.

Ou alors, je n’ai rien compris au débat.

Bon, si vous avez de vrais exemples, messieurs-dames de Bercy, je suis preneur.

YOU MIGHT BE INTERESTED IN..

IA, pourquoi tant de haine ?

L’Intelligence Artificielle (IA) fait partie de ces sujets où il est rare de trouver des interlocuteurs modérés. J’ai participé récemment […]

Les bad boys du Yield Management

On ne compte plus les articles pour montrer à quel point le Yield Management est une pratique cynique d’affreux capitalistes […]

Follow our news